Monday, April 03, 2006

fragments de la vie ...


Elle parlait, chantonnait et écrivait en français, si bien qu'elle n'articulais pas un mot en arabe, même pas à ses grands parents qui viennent de la montagne !
elle ne le faisait pas exprès, elle trouvait la langue de Rimbaud beaucoup plus légère, plus douce, plus fraîche aussi.
Par contre, les injures étaient en dialecte, cela ne sortait pas autrement.
Ceci agaçait de plus en plus son père, elle maniait le français beaucoup trop souvent à son goût, elle devrait parler l'arabe aussi bien si ce n'est plus .
"On est des arabes bordel !!!"
Il décida de la faire sortir de son école privée.
A cinq ans, elle intègra la seule école qui veuille bien d'elle. Trop jeune disaient les autres directeurs.

Quelque temps plus tard, il s'avéra que son point faible n'était pas l'arabe mais les maths, complètement nulle, beaucoup trop distraite au goût de l'instituteur.
une semaine plus tard et grâce aux cours accélérées du soir avec sa mère, elle passa tant bien que mal sa première année primaire ... ouf !

Pourtant deux scènes l'ont profondèment marqué cette année :

1ère scène :
un petit garçon de 8 ou 9 ans, attaché à un arbre de la cour. L'instit le battait avec un gros et long bâton enveloppé d'un tuyau orange. L'instit frappait de toutes ses forces. Il était enragé. L'enfant ne criait pas. l'enfant ne suppliait pas.
Les élèves de la classe regardaient des fenêtres, ils étaient terrifiés. Ces coups de bâton, ils les sentaient sur leurs petits corps.
Ils tremblaient, certains pleuraient ...

"crie petit, crie ... peut être il s'arrêtera de te frapper, crie petit !" voulaient-ils dire, voulait-elle crier de toutes ses forces .
Elle n'a pas pu. Ils n'ont pas pu.

Pourquoi n'arrivaient-ils pas à crier ?!!!!

2ème scène :
elle sortait de l'école à 18 h pétantes. Elle courait, elle courait sans relâche et chaque jour qu'Allah fait, elle découvrait d'autres ruelles, de nouveaux raccourcis : 15 ', 10 ', 7 ', 5' ... elle ne discutait avec personne, ne faisait aucune halte, elle courait, elle courait, elle ne faisait que cela : courir.Elle ne pouvait pas râter une miette de ses dessins animés qui démarraient à 18h10; C'était son moment sacré !

Un jour, une fille de l'école lui demanda de l'accompagner sur le chemin du retour. Il faisait un peu noir et la fille avait peur de rentrer seule alors elle accepta de "l'escorter". Elle, n'avait pas peur du noir, elle aimait le monde de la nuit,le monde des ténèbres l'apaisait et les fantômes et les silhouettes qu'elle pouvait apercevoir l'amusaient. Sa copine avait 10 ou 11 ans, elle était grande et fort jolie, elle avait des ptits seins et elle mettait une belle jupe blanche.
Une belle rose blanche dans la nuit.


Sur le chemin, quatre garçons les embêtaient, ils se sont pris à la grande fille ...

Elle avait très peur, elle lui demanda de courir mais sa copine était comme paralysée, ses jambes ne lui obéissaient plus, sa voix non plus, elle était térrifiée ...
Elle avait très peur, elle ne pouvais rien faire, elle était trop petite, elle laissa tomber son amie et courut sans regarder en arrière ...
elle courut jusqu'à la maison, elle entra, lâcha tout : son cartable, sa peur, son désarroi ...
elle s'assit devant le post de télé. Elle ne mangea rien ce soir, elle ne mangea rien !
elle regarda ses dessins animés, les larmes aux yeux.Elle regarda avec rage ses héros. Pourquoi n'en était elle pas une, pourquoi n'était-elle pas dotée de super pouvoirs, pourquoi ?
Elle ne pouvait rien faire. Elle était trop petite. C'étaient de grands garçons et ils étaient quatre. Elle ne pouvait que courir, courir ...


Plus jamais elle ne metta de robes ou de jupes, que des pantalons. c'est plus pratique pour courir, c'est plus pratique pour fuire.
Elle n'a plus jamais revu la grande fille, plus jamais.

22 Comments:

Blogger lynn said...

Mouna,

Très beau texte. Des fragments de la vie, des fragments d'incertitudes et de doutes.
J'aime cette narration qui nous emporte avec tes mots et les questions que l'on se pose.
Tu évoques Rimbaud,un poète que j'apprécie beaucoup, et ce rapport à une langue que tu affectionnes, même si aux yeux des "autres" , elle peut être synonyme de différence.
Merci pour ce texte
Lynn

April 03, 2006 1:08 PM  
Anonymous khanouff said...

لــيّــن الــكــلام قــيــد الــقــلــوب
« Laiinou il kêlêmi 9ydou el 9ouloubi »
Ceci pour la beauté de notre sublime langue et aussi pour cela :
Des mots qui enchaînent nos cœurs et ces maux qui créent l’accoutumance aux mots…
J’ai comme une dépendance à tes mots, yella Mouna :)

April 03, 2006 1:20 PM  
Blogger Foulla said...

quand la victime se sent coupable..rien de plus terrible..
BIG HUG, MA BELLE..

April 03, 2006 4:31 PM  
Anonymous Kahina said...

Bonsoir,

Lorsqu’on raconte quelques bribes de notre vie, on s’aperçoit que nous avons plusieures vies, « une » rêvée, « une » souhaitée, « une » interdite, « une » maudite, « une » présente , « une » absente, « une » à venir…….
A chacun la sienne, celle racontée à la troisième personne dans ton récit est à l’image même de cette dualité langagière ou culturelle qui est rarement acceptée par l’AUTRE !
J’ai arrêté de justifier mes choix parce que je n’ai pas à me justifier, je n’ai pas à dire non plus pourquoi je parle ou j’écris en telle ou telle langue. Quelqu’un m’avait dit un jour parle arabe on est des musulmans, j’ai tout simplement répondu : tous les musulmans ne sont pas arabes et tous les arabes ne sont pas musulmans et puis j’exerce une liberté qui est d’abord et avant tout la liberté d’expression !et Toc !

scène 1 :
http://www.niclaquesnifessees.org

La Convention Internationale des Droits de l’Enfant de 1989
Ratifiée par la France le 2juillet 1990, précise en son article19: «Les États parties prennent toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l’enfant contre toutes formes de violence, d’atteinte ou de brutalité physique ou mentale, d’abandon ou de négligence, de mauvais traitement ou d’exploitation, y compris la violence sexuelle, pendant qu’il est sous la garde de ses parents ou de l’un d’eux, de son ou ses représentants légaux ou de toute autre personne à qui il est confié».

Scène2 :
J’aime les dessins animés, je les regarde encore aujourd’hui ,quand j’étais en primaire je faisais pareil qu’ « ELLE »,je n’étais pas une bagarreuse , j’étais petite et studieuse, je lisais beaucoup énormément et je rêvais beaucoup aussi.J’étais une bonne élève. Je mettais rarement des robes, j’étais souvent en pantalon et en chaussures Kickers.
un jour j’ai réussi à donner un coup avec mes super-kickers à un vilain petit garçon qui avait frappé méchamment une camarade de classe sans raison aucune, j’ai donc voulu la protéger alors que moi-même j’avais besoin de protection : le courage est en nous, il suffit d’une fois pour comprendre qu’un héro n’est pas superman ou un surhomme, c’est juste quelqu’un qui a su dominer sa peur et donner un sens à ses actes !

Bisou ma grande

April 03, 2006 5:15 PM  
Blogger mouna said...

Bonsoir tout le monde ;)

Oh Lynn merci à toi, merci de me lire ;))

Il y'a tant d'écrivains et de poètes francophones et arabes que j'aime tant mais Rimbaud me touche tout particulièrement.

tu sais lynn, je ne suis pas vraiment différente des autres en tout cas, pas sur ce point précis :
Au Maroc, les langues arabe et française se côtoient tous les jours, on les apprends presque simultanèment à l'école, on apprends toutes les matières en arabe mais quand on a notre bac et qu'on choisit une option scientifique, on est amené à faire des études universitaires en français, même les papiers administratives se présentent en 2 exemplaires : en arabe et en français, y'a la chaîne télévisée en arbabe RTM et puis 2M avec pratiquement 60 ou 70% d'émissions en français...
et puis d'un autre côté, quand on fait des recherches, ces deux langues sont amplement dépassées c'est l'anglais qui prime, même en informatique : pour faire de la programmation, il faut connaître l'anglais ...etc.
Au milieu de tout ce bordel( si je peux me permettre, un bordel riche et intéressant tout de même ! )et bien que je sois fière de ma langue maternelle,que j'utilise parfois et juste pour le plaisir,j'ai choisi de lire et d'écrire en français. j'aime bien cette langue.
sinon dans la vie courante et même dans mon boulot, il n'y'a que le dialecte, ça ne fonctionnerais pas sinon ;)

Khan ;)))))

لــيّــن الــكــلام قــيــد الــقــلــوب "

رائع خان رائع,ما احلاها كلمات
شكرا لك

sinon pour l'accoutumance je dirais : tant mieux mon cher, tant mieux ;)
je ne m'en cache pas, ça m'enchante et me flatte ;)

Foulla ya ahla foulla ;)
je confirme ma chère, il n'y a rien de plus terrible !
ta visite et tes mots me touchent bcp bcp
Merci
wahed t3nigua madayrach :))

April 03, 2006 5:40 PM  
Blogger mouna said...

Oh kahina ;)

oui il y'a plusieurs vies, je suis d'accord avec toi !

le choix de la 3ème personne est venu comme ça ! peut être pour me détacher un peu de ce passé, je ne sais pas ?!

ce toc m'a bcp amusé, j'adore quand je suis amenée à le dire, ça donne une force incroyable ;)
je crais ma belle que je me justifie ... encore, peut être j'arriverais un jour à assumer ce choix pleinement, ça arrivera !

pour la scène 1 : je crains que la violence existe en dépit de toutes les législations, de touts les efforts et l'attention des parents .. elle est partout et il suffit d'un tout petit catalyseur pour qu'elle se manifeste ! hélas mais on a le devoir tous autan tque nous sommes de la combattre et tous les moynes sont bons pour moi !

Pour la scène 2 :
j'adore les dessins animés, films animés, BD et compagnie encore aujourd'hui
ça n'a pas d'âge et je ne ressens aucune honte bien qu'on me titille svt la dessus !

le courage et la lâcheté sont entremêlées, il y'a des jours où on se bat, on se défends et d'autres où on est faibles, épuisés, dépassés même par les évenements
j'ai appris à accepter cette faiblesse, enfin un peu ...

sinon j'étais une vraie ptite peste, je me bagarrais tout le temps mais seulment quand on me cherchais où qu'on cherchait mes amis.
il y'a tant de manières pour se protèger et la violence n'est pas toujours efficace.
Je l'ai appris plus tard ça mais je ne regrette pas les coups de pieds échangés ;)

Je t'embrasse belle guérrière ;)

April 03, 2006 6:02 PM  
Blogger lynn said...

Mouna,

Par différence, je sous entendais un choix de s'exprimer dans une langue plutôt qu'une autre qui peut être perçu comme un choix "différent".
Une langue reste un moyen d'expression pour véhiculer un message. Elle est le truchement qui fait passer notre message.
Quelque soit la langue qu'on utilise pourvu que notre message passe.
Merci Mouna pour la générosité qui découle à la fois de tes textes et de tes commentaires.
Excellente soirée

Lynn

April 03, 2006 6:46 PM  
Anonymous Fabrice said...

Chère Mchicha,

Avant de te remercier de nous avoir écrit ces fragments de la vie, je souhaitais, si tu me le permets généreuse Lalla, féliciter Kahina par la qualité, la richesse et la précision de son commentaire eu égard à ton post.
Je constate ma chère, qu'ici,l'accueil est des plus chaleureux et tes hôtes se sentent comme chez eux. Force est de constater aussi que tes écrits passionnés et passionnants sont très plaisants.
Ces fragments de vie, ma très chère, sont ici ou la, le reflet d'un vécu, hélas, de beaucoup d'enfants. Ton témoignage, ton coup de coeur nous rappellent de ne rien oublier de ce passé.
Merci Mchicha de nous faire partager tes prises de position.

Je t'embrasse avec beaucoup de respect et toute mon affection
Fabrice

April 03, 2006 7:14 PM  
Anonymous sa said...

il ne pouvait rien faire, totalement pris au piège, condamné à continuer de lire le récit captivant. Mot après mot, phrase après phrase, au fur et à mesure son rythme cardiaque augmentait, son souffle était sur le point de s'arreter, impossible de s'arreter avant le point final ...

Wa Mouna oua 7aoule 3lina !!!
quel style, tberkellah !!

mais au moins les pantalons servent à qqc :)

Nb: la remarque paternelle est méritante de grande considération, mais "on est des arabes bordel :)"

April 03, 2006 7:51 PM  
Blogger mouna said...

Re bonsoir ;)

Oh Lynn ;))
oui c'est cela même ma chère : un choix ! peu importe la langue choisie, du moment qu'elle nous aide à nous exprimmer, à communiquer avec les autres ...
tes visites et tes mots me font plaisir et m'emplissent d'une agréable chaleur ;)

Fabrice : Mrhba ;) (bienvenue !!!)
bien sûr que je le permets et comment ?! ;)) en plus ce n'est autre que Kahina ;)alors ...

oui .. comme tu le dis si bien c'est hélas le vécu de bcp trop d'enfants, si ce n'est pire !
Il m'arrivait de voir le passé comme un poids que je trimballais derrière moi tant bien que mal, un lourd fardeau, mais au jour d'aujourd'hui j'admets enfin qu'il fait partie de nous, il nous construit, il façonne notre personnalité et influence nos opinions et tout le reste ...

waaaa Sa ;) ton comment m'a fait sourire ;)))
je suis très contente que ça le touche, que ça le plaise, vraiment ravie !
les pantalons sont d'une grande untilité, je confirme ;)
PS: bien sûr qu'elle mérite toute considération, c'est celle de mon père en plus ! je le respecte bzz'z mnni mais j'ai choisi ça y'est c'est fait ;)

vos mots à toutes et à tous m'ont enchanté ...
Merci ;)
très belle soirée ...

April 03, 2006 9:44 PM  
Anonymous Bluesman said...

سلام
شكرا منى علي صفحة الذكريات
يمكن ان اقول انني عشت تجربة مضادة كنا ندرس بالعربية والفرنسية هي الاستثناء
اما الرياضيات فلم احصل ابدا على المعدل
اما الفيزياء فمصيبة كبرى

April 03, 2006 11:56 PM  
Anonymous anima said...

dis moi Mouna, jusqu'à quand elle va courir & fuire?
un beau texte
ben pour moi j'étais forte en maths & faible en arabe & surtout l i3rab

mnt je comprends pkoi tu porte tjrs du pantalon :)))

April 04, 2006 11:30 AM  
Blogger loulou said...

juste une image qui reste gravée dans la mémoire. j'ai vécu cela. juste des cicatrices qui font toujours mal... Car elles ne s'effaceront pas... reste toujours une empreinte...

encore felicitation pour le style et pour le choix de m'image!!!

April 04, 2006 12:28 PM  
Anonymous Mchicha said...

Salam

Bluesman mrhba ;) ton commentaire m'a fait sourire ;)
les maths (et bien sûr la physique-chimie) et le français étaient mes matières fétiches, je n'avais pas l'impression d'apprendre mais de m'amuser; Il faut dire que j'ai eu des profs extra !!!
j'avais du mal à apprendre les choses par coeur, il fallait tjrs que je change un truc ;)
j'en garde d'excellents souvenirs !

Amina ya anima ;)
ach yhbb lkhatter ; athay oula 9hwa walla hagua sa23a :)) nhar mdkhm hada !!!

elle court tjrs tu sais mais pas pour fuir mais plutôt pour attrapper ses rêves ou essayer de les atteindre ...

wili wili 3la dak li3rab, je me rappelle c'était le samedi, on ne fermait pas l'oeil vendredi soir, samedi a été pour moi synonyme de détresse profonde : j'ai appris nahw ou li3rab bzz'z mnni : j'avais une instit bslamtek matatfahemch : on tremblait ds notre table ou lmsskhout lmsskhoutt lli t3yttlou ynoud lssabboura, arak lnttif ou arak lrdikh m3a sbboura ilamajabhach shiha
elle ne m'a jamais touché, je me démerdais tjrs pour donner une bonne réponse ;)
j'ai passé toute mon enfance ds Bénimellal, les maîtres étaient assez violents avec l'approbation des parents mais ils nous ont bien formés tout de même ! je tiens à le souligner !

A très bientôt ...

April 04, 2006 12:44 PM  
Anonymous Mchicha said...

Bienvenue loulouzip ;)
oui il reste toujours des cicatrices, les séquelles quant à elles dépendent de la profondeur des blessures mais aussi de l'aptitude de régéneration !
l'humour et le temps sont d'excellents traitements !

mais je dois dire que cette vie est franchement incroyable : ds les moments de détresse, on se connait mieux, on se découvre un peu, on évolue et on rencontre les vrais amis
, ceux sur qui on peut vraiment compter, qui nous réchauffent le coeur et l'âme !
et puis ces moments là sont tjrs entremêlées ou suivis par des momets de joie, de serenité ?!!
il faut peut être prendre tout le pack; c'est ça la vie !

je t'en prie, reviens me voir c'est qd tu veux ;)

April 04, 2006 12:57 PM  
Anonymous Anonymous said...

homme ou femme, grands et petits sur cette planete ont des milliers de souvenirs. je ne comprends pas pourquoi tout le monde s extase devant quelques conneries de souvenirs trop plates et trop quelconques.
"oh c beau, oh c cute, oh c genereux de votre part, oh continuer a ns epater.
wake up and give yourself a life
c du vide tout ca, c zero.
ah ca doit etre l ennui qui vous envahit et qui vous tue a petit feu

April 04, 2006 6:16 PM  
Anonymous Bsima said...

Mchicha, encore une fois ta subtilité m'épate. Un sujet très important, qui parfois est traité de façon très indigeste, tu as sur le rendre fluide, agréable a lire et a nous captiver...

April 04, 2006 7:45 PM  
Anonymous Mchicha said...

Merci bssima ;)
Bon courage pour tes prépa !!!
bonne nuit ...

April 04, 2006 11:09 PM  
Blogger tazart said...

7ta ana ollahila 7ta ana

April 05, 2006 2:20 PM  
Blogger mouna said...

tazart mrhba ;)
belle soirée ...

April 05, 2006 9:34 PM  
Anonymous le mythe said...

"Quand le monde te persécute
tu te dois de persécuter le monde"
le plus paradoxal, c'est une phrase de Timon dans le Roi lion
hakuna matata
en voilà un fragement quotidien de ma vie

April 06, 2006 11:20 AM  
Blogger mouna said...

hello Mythnaldinho ;)
j'aime ces phrases là, ces phrases qui nous poussent de l'avant : la rrrrage de vivre, de se défendre, de vaincre toutes les obstacles .. yes !

Que la force soit avec vous !!!

Lmchicha baçaouia ;))

April 06, 2006 1:46 PM  

Post a Comment

<< Home